Sur le gris du béton, dans sa toilette sombre,
Un visage laiteux saisissait le passant
Qui derrière les pompiers qui s’affairaient en nombre
Pouvait apercevoir des doigts sanguinolents ;

Ses iris délavés aux errances insanes
Marquaient un désarroi muet et impuissant
Et j’ai pu distinguer à l’arrière de son crâne
Une flaque écarlate allant s’élargissant.

Leave a Reply

Your email address will not be published.

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>