Dans l’air gelé et sous la lune
Les flocons vont, virevoltants ;
Le monde s’est paré d’un blanc
Qui resplendit depuis la brune :

Il n’existe plus de couleurs
– Tout est obscur et lumineux –
Mon souffle semble vaporeux
Dans le silence et la fraîcheur.

Leave a Reply

Your email address will not be published.

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>